Le sénateur Claude Carignan au travail

November 11, 2011

L'Éveil, 11 novembre 2011


Le sénateur Claude Carignan au travail

 

Nommé leader adjoint du gouvernement au Sénat au mois de mai dernier, le sénateur et ex-maire de Saint-Eustache Claude Carignan a non seulement changé de bureau, maintenant situé à quelques pas du Salon rouge où siègent les sénateurs, mais a vu ses tâches être modifiées... et le nombre de ses rencontres augmenté sensiblement.

 

M. Carignan, qui dit avoir été surpris de cette nomination, croit que celle-ci s’explique par son intérêt aux règles parlementaires. «C’est quelque chose à laquelle je me suis intéressé dès mon arrivée. Je crois que cela a été remarqué. Mais je ne m’attendais pas à être nommé leader adjoint, peut-être une promotion, mais pas leader adjoint», de mentionner Claude Carignan, que L’ÉVEIL a rencontré à ses bureaux d’Ottawa.

 

Une semaine de travail pour Claude Carignan s’amorce dès le lundi après-midi, à son arrivée à Ottawa, avec une première rencontre afin de planifier l’horaire de la semaine, voir ce qui s’est passé au cours de la fin de semaine et effectuer un retour sur la dernière semaine.

 

Mais, c’est véritablement le mardi matin, à 8 h, que le travail débute avec une réunion de son équipe, constituée de Jacques Hébert, conseiller politique, David Couturier, adjoint à la procédure et aux affaires parlementaires, et Mireille Farrel, adjointe exécutive. À 8 h 30, il y a rencontre de leadership avec la leader du gouvernent au Sénat, le whip et le président du caucus pour discuter de l’ensemble des décisions qui vont orienter le caucus conservateur, maintenant majoritaire. Sur l’heure du midi, c’est la rencontre avec les membres du caucus conservateur au Sénat. Puis, sur le coup de 14 h, alors que la cloche retentit dans la partie est du parlement, c’est le moment de siéger pour la première fois de la semaine à la salle du Sénat.

 

D’autres rencontres d’équipe, toujours le matin à 8 h, des caucus avec les sénateurs, les ministres et les députés conservateurs du Québec, puis avec l’ensemble des parlementaires conservateurs et le premier ministre Harper suivront les deux jours suivants, sans oublier les délibérations à la salle du Sénat.

 

Le jeudi matin, M. Carignan participe aussi à une rencontre de régie concernant l’administration du Sénat qui compte autour de 800 employés et sur un budget d’environ 92 millions de dollars. «Ce sont des décisions qui vont toucher le greffier ou les dirigeants de la sécurité, de la bibliothèque, du service des finances. C’est une réunion assez importante», explique Claude Carignan qui, par après, peut finalement profiter d’un «dîner libre», avant de retourner en Chambre. En fin de journée, il prend le chemin du retour à Saint-Eustache.

 

Qu’est-ce que M. Carignan aime le plus de son travail de leader adjoint? «Le côté opérationnel. Ça me rappelle le travail à la mairie de Saint-Eustache. J’ai plus un contrôle sur les opérations. C’est plus concret. Et comme leader adjoint, j’ai un mot à dire sur l’orientation du Sénat en tant que tel, sur le gouvernement. C’est quand même important. Quand tu te lances en politique, tu veux avoir une influence», répond-il.

 

Ce qu’il aime le moins? «Le fait d’être plus absent de la maison, la distance, même si Ottawa c’est quand même assez proche de Saint-Eustache. Le fait d’être à l’extérieur le soir, la semaine. C’est un peu plus triste d’être seul à l’appartement que d’être avec ta famille à vivre des moments plus chaleureux», dit-il.

 

Aurait-il préféré être élu député en 2008 et être nommé ministre? «Être sénateur, c’est un autre rôle. Un gouvernement, c’est un travail d’équipe. Chacun a son rôle, le député, le ministre et le sénateur. Et chacun essaie de faire le maximum pour sa communauté. C’est certain que j’utilise tout mon pouvoir, l’influence que je peux avoir pour que la région chez nous se développe, bénéficie au maximum des politiques du gouvernement et des programmes existants», de conclure le sénateur Claude Carignan.

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload