Allocution Journée internationale de la Francophonie

March 21, 2013

Honorables sénateurs, je suis heureux de prendre la parole aujourd’hui à l’occasion de la Journée internationale de la Francophonie.

 

Célébrée partout dans le monde depuis 1990, la Journée internationale de la Francophonie nous permet de souligner notre attachement à la langue française, parlée par plus de 9,5 millions de personnes au Canada et par 220 millions de personnes dans le monde. Le français a le statut de langue officielle dans 32 États et gouvernements de la Francophonie.


Au-delà de l’histoire et de la culture qu’ils partagent, les francophones du Canada tout entier profitent également de cette Journée spéciale pour célébrer les valeurs de paix, de démocratie et de respect des droits de la personne, qui unissent les membres de l’Organisation internationale de la Francophonie.


Honorables sénateurs, le français est une composante essentielle de notre histoire et de notre patrimoine canadien et québécois. Il importe de renforcer sans relâche les relations entre les communautés francophones du Canada, différentes à plusieurs points de vue, mais unies dans l’amour et le respect de la langue française.

 

Le français est un atout indispensable pour l’avenir de nos jeunes, ceux qui seront chargés de maintenir et de promouvoir le français dans chacune des provinces, voire à travers le monde.


Le Canada joue un rôle vital au sein de la Francophonie. Notre participation reflète la dualité linguistique de notre pays et notre attachement aux valeurs partagées dans l’espace francophone. Nous avons été l’un des premiers pays à promouvoir la Francophonie en participant activement à la création et à l’épanouissement de ses nombreuses institutions.

 

En juillet dernier, le Canada accueillait le tout premier Forum mondial de la langue française, à Québec, et la Rencontre internationale de la Francophonie économique, qui s’est tenu marge de ce forum.


Le gouvernement canadien est le deuxième plus important bailleur de fonds après la France, avec une contribution d’environ 40 millions de dollars par année destinée à l’Organisation internationale de la Francophonie ainsi qu’aux institutions francophones.


Par ailleurs, le Canada a été l’hôte du IIe Sommet des Chefs d’État et de gouvernement des pays ayant le français en partage à Québec en 1987, du VIIIe tenu à Moncton en 1999 et du XIIe tenu à Québec en 2008, année du 400e anniversaire de fondation de la ville, l’une des plus vieilles villes des Amériques.

 

Honorables sénateurs, nous reconnaissons que les communautés francophones du monde entier contribuent directement à la prospérité et à la croissance économique. Le gouvernement continuera de soutenir le développement et le renforcement de la Francophonie économique.
Je vous remercie.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload