Discours du sénateur Claude Carignan lors du dépôt d’une motion de suspension de trois sénateurs

November 5, 2013

Le 4 novembre 2013

 

Honorables sénateurs, je vous invite aujourd'hui à appuyer le plus fortement possible la motion de suspension des sénateurs Brazeau, Duffy et Wallin que la sénatrice Martin a présentée en cette Chambre.

 

La décision de présenter cette motion a été difficile à prendre, tout comme il est difficile de voter en sa faveur pour certains d'entre vous, et je le comprends.


Cependant, les décisions les meilleures ne sont malheureusement pas toujours les plus faciles. Prendre ses responsabilités dans les moments difficiles demande du courage, certes, mais les Canadiens s'attendent aussi que l'on place leur intérêt supérieur en premier.

 

D'autre part, ils ont recouru à l'argument de la procédure équitable pour prolonger le débat, en dépit du fait que je crois fermement que le Sénat a respecté toutes les règles de l'équité.

 

Poussons ce raisonnement un peu plus loin. La doctrine de la procédure équitable se fonde sur l'absence de tout parti pris avant l'audition des différents points de vue. Comment alors peut-on, dans une même intervention, plaider pour le respect des garanties procédurales et dans la phrase suivante, condamner les actes répréhensibles et irresponsables des trois sénateurs?

 

Ces deux déclarations — que certains sénateurs de l'opposition ont prononcées dans un seul et même discours — n'ont aucun sens. La seule logique à laquelle ils obéissent est celle d'une partisanerie grossière et dénigrante qui cherche à prolonger le débat, au détriment de l'intérêt des Canadiens.

 

Certains sénateurs de l'autre côté avaient promis qu'ils prolongeraient le débat aussi longtemps que possible, au moins jusqu'au congrès de notre parti, qui a eu lieu le week-end dernier.

 

Le sénateur Comeau : C'est honteux.

 

Le sénateur Carignan : Eh bien, mission partisane accomplie, chers amis, mais à quel prix? Au détriment de qui? Dans l'intérêt de qui? Les grands perdants, dans toutes ces manigances, ce sont les contribuables canadiens, qui paient nos salaires et celui de tous les employés de soutien qui travaillent durant ces débats prolongés.

 

Cela s'est fait au détriment de l'honneur et de la dignité de cette institution, qui a vu prolonger dans les médias les grands titres d'allégations scandaleuses la visant. Cela s'est également fait au détriment même des trois sénateurs, qui ont vu leur comportement répréhensible être mis en lumière à répétition dans les médias.

 

Honorables sénateurs, ceux qui se reconnaissent dans cette partisanerie, cessez l'utilisation de ces tactiques. Pensez aux Canadiens en premier. Condamnez les gestes irresponsables. Plusieurs d'entre vous dirigez des entreprises. Plusieurs d'entre vous conseillez des entreprises. Vous n'auriez jamais attendu six mois pour congédier un employé ayant eu un tel comportement envers vous ou votre entreprise. Vous n'auriez jamais attendu la tenue d'une enquête criminelle de fraude avant de congédier l'un de vos employés.

 

Si l'un de vos employés s'était emparé du dixième de l'argent dont il est question ici, vous l'auriez congédié sur-le-champ. Les sénateurs Duffy, Brazeau et Wallin sont soumis aux mêmes lois que tous les Canadiens.

 

Je l'ai dit et je le répète, s'approprier illégalement de l'argent à la pointe d'un stylo n'est pas plus noble que de le faire à la pointe d'un couteau.

 

Je vous invite à traiter les Canadiens avec le même respect que vous attendez vous-même et à cesser de recourir à des politiques partisanes de mauvais goût. En faisant durer le débat, nous nuisons à la réputation de notre institution.

Si vous la respectez comme il se doit, levez- vous alors en faveur de cette motion, levez-vous au nom des Canadiens pour condamner ces comportements grossiers et irresponsables, condamnez cette négligence grossière, cette incurie de nos trois collègues.

 

Aidez-nous à redonner du lustre et de l'honneur à cette institution.

 

Au cours des quelques prochains mois, nous aurons à nous acquitter d'une mission très importante. Notre institution devra regagner la confiance des Canadiens. Elle devra démontrer qu'elle est utile et responsable. Nous devrons prouver que nous méritons la confiance placée en nous lors de notre nomination au Sénat, et que nous faisons tous partie d'une institution qui agit exclusivement dans l'intérêt des Canadiens.

 

À défaut d'un vote énergique en faveur de cette motion, en l'absence d'un message clair et net montrant que nous savons assumer nos responsabilités, cette mission, honorables sénateurs, sera impossible.

 

Sans un vote puissant en faveur de cette motion, nous perdrons toute crédibilité. Sans la suspension des membres ayant commis des comportements indignes, les Canadiens nous jugeront très sévèrement. Ils risquent d'oublier la qualité exceptionnelle des sénateurs qui la composent, ils risquent d'oublier les grandes réalisations de cette institution dans l'histoire, ils risquent d'oublier que nous sommes des gens loyaux, honnêtes et intègres, ils risquent de requérir de plus en plus l'abolition de cette institution.

 

En refusant d'assumer nos responsabilités, de faire passer les intérêts des Canadiens en premier, de condamner une conduite répréhensible, nous aurons nous-mêmes pris les premières mesures menant à l'abolition plutôt qu'à la réforme. Nous aurons nous- mêmes déclenché l'agonie plutôt que la modernisation. Nous aurons nous-mêmes perdu le respect des Canadiens.

 

Honorables sénateurs, de mon enfance jusqu'au jour de ma nomination, je n'ai jamais, un jour, rêvé d'être nommé au Sénat, je n'ai jamais non plus rêvé d'avoir le privilège d'être nommé leader du gouvernement au Sénat, je n'ai non plus jamais rêvé de faire des discours faisant l'apologie de cette institution, mais en arrivant ici j'ai côtoyé des hommes et des femmes honnêtes, intelligents, de cultures et d'horizons divers, qui ont à cœur d'améliorer le bien-être des Canadiens. Nous en sommes tous d'accord, j'en suis convaincu.

 

Le problème, honorables sénateurs, si nous ne prenons pas nos responsabilités, il n'y a que les gens dans cette Chambre et quelques personnes très près de nous qui partageront cette opinion.

 

Nous serons jugés coupables par association si nous refusons de condamner une conduite répréhensible et défendons l'indéfendable. Je vous exhorte, honorables sénateurs, à vous dissocier d'une telle conduite, à la condamner et à transmettre aux Canadiens un message clair indiquant que nous n'approuvons pas de tels actes et que la Chambre haute se compose de gens intègres, honnêtes et dignes. Nous avons un unique objectif : faire passer en premier les intérêts des Canadiens.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload