Discours de l'honorable Claude Carignan en l'honneur du départ en retraite de l'honorable Andrée Champagne

June 21, 2014

Honorables sénateurs, comme vous le savez, le 17 juillet prochain, notre collègue et amie, la sénatrice Andrée Champagne, prendra sa retraite du Sénat. Je suis honoré de prendre la parole aujourd'hui afin de lui rendre hommage, car la sénatrice Champagne est une grande dame du Québec, chaudement appréciée et aimée par la population de notre province et du pays entier.

 

Avant d'entreprendre sa carrière politique en 1984 à titre de députée et de ministre à la Chambre des communes, la sénatrice Champagne avait déjà une très longue feuille de route au Québec comme comédienne et pianiste. Elle a incarné plusieurs rôles à la télévision et au théâtre. Son souci de justice et de défense des droits l'a également amenée à œuvrer au sein de l'Union des artistes à titre de vice-présidente et de secrétaire générale.

 

Comme je le mentionnais précédemment, en 1984, elle s'est fait élire une première fois dans son comté de Saint-Hyacinthe—Bagot, comté qu'elle affectionnait tout particulièrement. Dès lors, le premier ministre Mulroney l'a nommée ministre d'État à la Jeunesse. Elle a d'ailleurs occupé ce poste durant l'Année internationale de la jeunesse et elle a été une fidèle ambassadrice du gouvernement conservateur de l'époque. Ses enfants qu'elle adore tant, Patrick, qui avait 22 ans à l'époque, et Liliane, qui en avait 21, ont donc eu la chance d'avoir une maman extraordinaire, comédienne hors pair et ministre d'État à la Jeunesse pour laquelle ils devenaient les principaux conseillers.

En 1990, la sénatrice Champagne était choisie par ses pairs de l'autre endroit pour occuper le poste d'orateur adjoint, devenant ainsi la première femme à occuper ce poste au Canada.

 

En 2005, le premier ministre libéral de l'époque, le très honorable Paul Martin, la nomme au Sénat et elle décide de siéger comme sénatrice conservatrice. On ne détourne pas si facilement la sénatrice Champagne de ses convictions!

Comme je la côtoie depuis maintenant cinq ans au Sénat, j'ai appris à connaître la femme derrière la comédienne et la politicienne. La sénatrice Champagne est une passionnée de la culture en général, et plus particulièrement de la promotion et de la défense de la langue française. Sans relâche, elle a su être aux premières lignes dans la défense de cette belle langue qu'est le français.

 

Déterminée, rigoureuse, passionnée, sensible, efficace et travaillante, la sénatrice Champagne aura été un modèle d'authenticité et de persévérance. D'ailleurs, atteinte d'une grave maladie, au printemps 2007, qui lui a fait frôler la mort, elle s'est accrochée à l'espoir et était de retour au Sénat l'automne suivant. On comprend mieux ainsi la grande attention qu'elle a accordée, et qu'elle accorde toujours, à son conjoint, André-Sébastien Savoie, particulièrement quand ce dernier a éprouvé des ennuis de santé l'année dernière. La sénatrice Champagne a une grande sensibilité qui peut parfois lui donner un air de fragilité pour qui ne la connaît pas, mais nous savons tous, chers collègues, qu'elle est tout sauf fragile. La sénatrice Champagne est une battante qui fait preuve d'une détermination à tout rompre.

 

Dans son autobiographie intitulée Je reviens de loin, la sénatrice Champagne nous dit qu'elle a gagné la loterie de à la vie. De notre côté, la vie nous a fait le cadeau de côtoyer, de mieux connaître et d'apprécier la grande Andrée Champagne.

Merci pour tout, sénatrice Champagne. Bonne retraite, et que la vie continue de vous gâter!

 

En terminant, j'ai une question pour vous, sénatrice Champagne : comme le disait, en 1962, la grande chanteuse qu'était Barbara, « dis, quand reviendras-tu? »

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload